Les traitements anti ronflement comme les ecarteurs, CPAP, VLPP, traitements chirurgicaux anti ronflemets et anti apnees.

 

 

(Pressez ici pour retourner a la première page et pour commander)

 

Les traitements pour ne plus ronfler

Le ronflement, véritable fléau pour des millions de personnes, est et a toujours été un sujet d’opprobe ou de ridicule pour celui qui en est atteint. Jusqu’à présent, seules la gêne sonore et ses consêquences sur l’entourage immediate étaient prises au sérieux. Personne ne tenait compte du role de signal d’alarme joué par le ronflement en ce qui concerne deux maladies importantes: la e du nez trop rhonchopathie chronique et le SAS, syndrome d’apnées du sommeil.

 

Ces deux affections représentent des stades different dune asphyxia à petit feu, d’un étouffement a minima durant le sommeil. Dans la rhonchopathie chronique, le patient n’émet qu’un ronflement simple, progressivement accompagné de petits signes traduisant la mauvaise oxygenation de l’organisme: une fatigue matinale, avec du “mal à démarrer”, des maux de tête et un caractère coléreux, susceptible dès le matin. Puis après quelques années de ronflement simple, s’ínstalle petit à petit un syndrome d’apnées de sommeil, avec notamment une tendance marquee à somnoler dans la journée; le ronfleur s’essouffle au moindre effort, il s’assoupit facilement après le repas de midi, ou en réunion, et a des pertes de memoire de plus en plus fréquentes.

 

Lorsqu’elle se reveille du fait des ronflements, sa femme- car cést souvent l’homme qui ronfle- est parfois effrayée par les arrest respiratoires de son mari, lequel cesse de ronfler pour faire des apnêes dans un silence angoissant qui donne l’impression qu’il étouffe. Ce changement progressif, du stade de ronchopatie chronique à celui de syndrome d’apnées du sommeil passé souvent inapercu, et n’est malheureusement découvert qu’après l’apparition de complications parfois graves: hypertension artérielle permanente, infarctus du myocarde, hémiplégie, voir mort subite. Il est don devenu urgent de cesser de rire des ronfleurs pour ne plus sous-estimer un phénomène en appearance anodin qu’il convient de traiter aussi précocement que possible, dans un but préventif, si l’on veut éviter à des milliers de personnes à risque de subir de sérieux problèmes de santé.

 

Il existe quatre types de traitements:

 

1.Les écarteurs

Dans la pluspart des cas c’est l’entrée du nez trop étroite qui cause le ronflement. Les premières 5-10 mm. du nez constituent souvent une obstruction pendant le sommeil. Les muscles des narines deviennent faibles avec l’âge et ne peuvent plus écarter suffisament les narines pendant l’inhalation. Ceci empêche une bonne respiration pendant le sommeil. Il se fait ainsi une pression négative dans les voies respiratoires qui réduit le passage d’air auxpoints critiques au fond de la gorge. Souvent une langue trop grosse, une luette longue, des amigdales gonflées vont aggraver la situation. Dans ces cas il s’agit donc d’écarter l’entrée du nez avec des écarteurs de la nouvelle génération, comme "Sans Ronfler" Cette solution est a essayer avant tout autre solution parce que c’est simple, beau marché, efficace et sans risque.

 

2. La ventilation nasale en pression positive continue(CPAP).

La méthode ressemble l’effet d’une écarteur qui en principe seulement donne plus d’air dans le système d’inhalation. Le CPAP permet dans la pluspart des cas la suppression des apnées et aussi des ronflements. Cependant, le patient doit accepter l’idée de supporter une masque nasal la nuit, pour respirer de l’air comprimé. Une traitement déja beaucoup moins agréable souvent utilisé par des cliniques.

 

3. Les séances de laser CO2 (VLPP)

Il s’agit d’une technique réalisable au cabinet du médecin ORL sans hospitalisation. On commence anesthésier le fond de la gorge et on vaporise le voile du palais de part et d’autre de la luette. La vaporisation s’étend parfois à la couche superficielle des deux piliers postérieurs sur tout leur hauteur, et aux amygdales. Cette intervention est toujours préférable à l’intervention chirurgique.

 

4. Les traitements chirurgicaux

 

a.L’uvulopalatopharyngoplastie (UPPP)

L’UPPP, technique chirurgicale, permet l’ablation en bloc de toute l’arrière-gorge. En enlevant la luette, levoile du palais, les piliers postérieurs de l’amygdales et les amygdales.Après l’opération sw forme une cicatrice arrondie et rigide (qui ne vibre donc plus) à l’ariè du palais, avec l’impression qu’on a “fait de la place”, car on a augmenté le diamètre du haut de la gorge. Une opèration ne pas sans risques et ne pas sans douleurs après.

 

b. L’amygdalectomie

Intervention simple, surtout en cas d’amygdales volumineuses, obstuctives, gênant la respiration.

 

c. La septoplastie

C’est la remise en place d’une cloison nasale dévié afin de rétablir le passage de l’air.

 

d. La turbinectomie

Elle consiste en l’ablation d’une partie des cornets situées dans chaque fosse nasale qui permettent à l’air imspiré d’être guidé vers le haut et/ou l’arrrrière, d’ètre humidifié et purifié. Losque ces cornets sont trop gros , ils deviennent obstructifs pour l’air qui passe.

 

e. La chirurgie des maxillaires.

On réalise alors une ostéonomie sagittale, sorte de fracture des bords latéraux de la mandibule permettant une avancée de l’ensemble du bas de la bouche. Cette intervention nécessite auparavant un traitement dentaire spécialisé. Cette chirurgie est très spécialisé et est réservée aux patients apnéiques.

 

f. La chirurgie de l’arrière-langue

Il faut que l’obstacle se situe au niveau de l’arrière langue lorsque celle-ci est vraiment trop volumineuse.

 

g. La trachéostomie.

Intervention heureusement exceptionelle, consiste en l’abouchement permanent de la traché à la peau pour permettre le court –circuit du nez, de la bouche et de la gorge. Seulement réalisée que dans les formes graves d’apnées du sommeil.

 

Bref:

Le lecteur comprend donc mieux, après l’exposé des différentes methodes possibles, qu’un ronfleur, qui, a priori, ne se considère pas comme malade, et ne consulte les médecins que pour le débarrasser d’une certaine gêne sociale, soit réticent à l’idée de subir un traitement désagreable ou même pénible et qu’il préfère essayer un produit qui lui donne aucune problème, comme l’écarteur "Sans Ronfler",qui est bien testé par des sprécialistes ORL et qui est efficace dans le pluspart des cas. Et ils ont tout a fait raison.

 

Ne pas ronfler, Ne pas ronfler,“SansRonfler”= ronflement, le ronflement, ronflements, les ronflements, ronfler, apnées du sommeil, anti ronflement, anti ronflements, anti ronfler, anti apnées du sommeil, contre ronflement, contre ronflements, contre ronfler, contre apnées du sommeil, sans ronflement, sans, Ne pas ronfler, ne pas ronfler. ronflements, sans ronfler, sans apnées du sommeil,contre ronflements, anti ronflements, anti ronflements, anti ronflements,anti ronflements, sans ronfler, sans ronfler, sans ronflements.

 

(Pressez ici pour retourner a la premiere page et pour commander)

 

pyright © All Rights Reserved