Complications du SAS 2 Complications cérebrales

 

 

(Pressez ici pour retourner a la première page et pour commander)

 

Complications cérebrales à cause du SAS 2

(Le syndrome d’apnées du sommeil qui suit souvant le ronflement sévère).

 

Chez les patients apnéiques, on a pu mettre en evidence des anomalies des PEA (potentiels évoqués auditifs du tronc cerebral: enregistrement des ondes électroques du nerf auditif, dans son trajet jusqu’au cerveau) qui traduiraient une mauvaise oxygenation cérébrale chronique, en l’absence de tout problem auditif. Cette mauvaise oxygenation sanguine est responsible d’une diminution des capacities intellectuelles et de la memorization dans 50% des cas de SAS. Par ailleur, on a pu observer un cas isolé d’accident vasculaire cérébral chez un patient apnéique assez jeune ( 52 ans). Cela pourrait expliquer l”apparition d’états lacunes, c’est-à-dire de multiples petits infarctus cérébraux, lies à l’occlusion des artères perforantes du cerveau et se traduisant par des troubles neurologiques divers en function de leur localization au niveau du cerveau. Jusqu’à present, la principale cause reconnue responsible de ce type d’accidents était l’hypertension artérielle, qui est souvant associé au SAS. Ces états lacunaires seraient peut-être lies également à des episodes de mauvaise oxygenation cérébrale.

 

La souffrance des cellules cérébrales consecutive à l’hypoxie (diminution de l’apport en oxygène par le sang) répétée lors de chaque apnée permettrait d’expliquer la correlation qui existe entre la sévérité de certaines démences et une grande fréquence d’apnées du sommeil. On pense que les apnées du sommeil pourrait favoriser la survenue de la maladie d’Alzheimer (démence senile caractérisée par une atrophie cérébrale, des troubles importants de la mémoire, une disorientation spatial et une impossibilité de traduire sa pensée par des mots). L’hyproxie cérébrale resultant des apnées entraînerait l’augmentation de volume des astrocytes, sortes de cellules étoilées protectrices et nourricières des neurons cérébraux, qu’elles alimentent en glucose et oxygène, et don’t elles régulent le stockage de neuro médiateurs. Ces cellules protègent les neurons de certains acides amines exitateurs et toxiques, lors du vieillisement cerebral ou de la maladie dégénératives come la maladie d’Alzheimer. En cas d’hypoxie cérébrale, ells seraient les premières lèsèes en servant de rampart aux neurons.

 

De plus, les patients souffrant d’une forme grave de SAS presentment parfois une hypertension intracrânienne. Elle se manifeste par un oedème papillaire avec hémorrragies rétiniennes, lesquelles peuvent faire évoquer à tort le diagnostic de tumeur cerebral. Cet oedème papillaire disparaît lors du traitement des apnées.

 

Troubles du rêve

 

On a pu mettre en cause le SAS dans la survenue d’un vieillissement premature. De fait, la plupart des sujets attaint de SAS présentent un aspect fatigué, vieilli, et on les imagine plus âgés qu’ils ne le sont en réalité. Cela résulte évidemmant des nuits plus que difficiles que subissent ces ronfleurs en asphyxia chronique. L’un de mes patients ne faisait que des cauchemars don’t il s’échappait brusquement après avoir eu l’impression de tomber dans un gouffre, de s’asphyxier par noyade ou d’être étranglé, probablement à la suite d’une apnée. Un autre qui, lui, ne rêvait plus depuis de nombreuses années, m’a signalé avec étonnement qu’après cinq séances de traitement de son ronflement et de ses apnées il avait recommencé a rêver. Grâce au traitement, il bénéficiait d’un temps de sommeil paradoxal plus long. Le temps des rêves était revenue.

 

La plupart des specialists estiment que le rêve peut jouer une role en matière de stockage, d’intégration et de classification des informations reçus pendant l’état de veille, à façon d’un ordinateur. Il servirait également de soupape de sécurité, éliminant les informations néfastes pour notre équilibre psychique et permettant ainsi d’apaiser nos conflits internes. Cependant, la plupart des ronfleurs apnéiques interrogés affirment avec aplomb que cela fait des années qu’ils ne rêvent plus. Si les hypotheses sont justes, on comprends que cela soit néfaste à long terme pour leur équilibre psychique.

 

La PPC (Pression Positive Continue) anti Apnee du sommeil anti ronflement est un traitement efficace dans un clinique de sommeil .

Mais, environ 50% des patients abandonment leurs traitement. C’est trop contraignant. Veuillez noter que l’effet de la PPC est simplement d’introduire plus d’air dans le systeme qui est un peu bouché et c’est exactement ce qui fait le systeme "SansRonfler", mais d’une maniere beaucoup plus naturelle, SansRonfler tient les narines ouvertes et ainsi introduit plus d’air dans le systeme.

 

Conclusion, contre le ronflement et contre des cas moins graves d'apnée du sommeil c’est mieux d’utiliser SansRonfler

C’est beaucoup moins cher et beaucoup moins contraignant.

Ne pas ronfler,ne pas ronflerronflements, contre ronfler, contre apnées du sommeil, sans ronflement, sans ronflements, sans ronfler, sans apnees du sommeilRon flements, ronfler, apnées du sommeil, anti ronflement, anti ronflements, anti ronfler, anti apnées du sommeil, contre ronflement, contre ronflements, contre ronfler, contre apnées du sommeil, Ron flements, ronfler, apnées du sommeil, anti ronflement, anti ronflements, anti ronfler, anti apnées du sommeil, contre ronflement, contre ronflements, contre ronfler, contre apnées du sommeil, sans ronflement, sans ronflements, sans ronfler, sans apnees du sommeilRon flements, ronfler, apnées du sommeil, anti ronflement, anti ronflements, anti ronfler, anti apnées du sommeil, contre ronflement, contre ronflements, contre ronfler, contre apnées du sommeil, ne pas ronfler, ne pas ronfler

 

(Pressez ici pour retourner a la premiere page et pour commander)

 

pyright © All Rights Reserved